Éloge de l’indulgence

Il nous faut un antidote à la culture de la prise en défaut et à la stratégie du soufflage sur les braises

Quelle année !

Je ne sais pas ce qu’il en est pour vous, mais en ce qui me concerne j’ai trouvé l’année éprouvante.

C’est comme si la parole sensée avait été ensevelie sous le vacarme des slogans creux, des incantations, des injonctions et des monologues péremptoires déguisés en conversations ou en débats.

Et pourtant, ces années de pandémie ont donné lieu à toutes sortes de prophéties; on nous a annoncé, entre autres bienfaits potentiels, un resserrement du lien social après une longue période d’isolement forcé, un recentrage sur les enjeux communs pour faire contrepoids aux chicanes identitaires qui nous ont divisés, un engouement pour la simplicité volontaire et la consommation responsable, et une plus grande sensibilité aux conditions de vie de ceux et celles qui n’ont pas eu la chance de faire du télétravail ou qui ont perdu leur source de revenus.

Ce n’est pas tout à fait ce qui s’est produit si on en juge par les controverses qui ont marqué l’année et par cette étrange impression de déjà vu dans le comportement de nos dirigeants, nos leaders d’opinion et nos concitoyens. Les aéroports et les centres commerciaux sont bondés malgré l’inflation; quant à l’urgence de faire front devant la fracture sociale qui s’accentue, elle ne semble pas décourager la concurrence identitaire, qui affaiblit les causes communes.

Tout cela pour dire qu’un peu de silence pendant les vacances serait bienvenu.

Plutôt que de m’embarrasser de résolutions du nouvel an que je ne tiendrai pas, je vais m’appliquer à respecter les engagements que j’ai déjà pris et que je dois honorer dans les prochains mois.

Je formulerais toutefois un vœu: celui de voir un peu plus d’indulgence autour de nous.

On s’est beaucoup gargarisé de mots comme la bienveillance et l’empathie ces dernières années, allant parfois jusqu’à les inscrire dans les codes de conduite de nos organisations; et pourtant, l’intransigeance et l’intolérance sont partout.

Il y a quelque chose de très humain à tenter de relativiser ses propres manquements ou à exiger des autres ce qu’on a du mal à obtenir de soi-même.

Ainsi, les parents qui ne prêchent pas par l’exemple vous diront que c’est normal de vouloir que nos enfants soient mieux que nous, surtout quand on leur a offert les moyens dont on n’a pas bénéficié à leur âge.

Les ainés reprochent souvent aux plus jeunes de les invisibiliser et de les réduire au silence, un sort qu’ils ont eux-mêmes réservé à la génération qui les a précédés.

Pour leur part, les wokes et les conservateurs se reprochent mutuellement et bruyamment de polluer le débat public, chaque partie accusant l’autre de faire preuve de complaisance envers les excès de son propre camp idéologique et de monter en épingle la moindre maladresse commise par le camp adverse.

Les citoyens ordinaires qui cachent une partie de leurs revenus ou qui paient leurs achats comptant pour économiser les taxes vous diront que leurs petits arrangements ne sont rien comparés aux ruses comptables utilisées par les riches qui ne paient d’impôts.

Mais il est permis d’espérer.

Tout d’abord, qu’est-ce que l’indulgence?

Selon le Larousse, c’est « l’aptitude à excuser, à pardonner les fautes, à ne pas les sanctionner sévèrement ».

Quand j’en appelle à l’indulgence, je ne fais pas allusion ici à des torts incommensurables, mais à tous ces faux pas, ces écarts de langage, ces sorties de route dont personne n’est à l’abri et qui peuvent aujourd’hui vous exposer au jugement sans appel des réseaux sociaux.

Je ne parle pas non plus de l’indulgence dans son acception la plus magnanime, celle prônée par Victor Hugo et qui consiste « à comprendre et à pardonner les fautes qu’on ne serait pas capable de commettre ».

Le climat ambiant n’est pas propice à ce genre de modération, trop souvent confondue avec une absolution sans condition ou un renoncement à ses droits en matière de justice réparatrice.

L’indulgence que j’évoque ici est plutôt une indulgence spontanée, authentique, qui ne coûte rien et qui part du principe que « ça peut arriver à tout le monde ».

C’est l’antidote à la culture de la prise en défaut et à la stratégie du soufflage sur les braises, qui font de chacun et chacune de nous un arroseur arrosé potentiel, quelle que soit son allégeance idéologique.

C’est la retenue devant l’envie de transformer une interaction banale en crise, une maladresse en crime.

C’est la probité, la bonne foi et le discernement dans nos indignations et nos dénonciations.

C’est le sens de la mesure dans le choix des mots et le refus de la surenchère verbale.

C’est le sens de l’équilibre dans le jugement qu’on porte sur les menaces qui pèsent sur la paix sociale: l’enfer ce n’est pas toujours les autres, c’est aussi parfois les nôtres.

L’indulgence, c’est le baume qu’on étale sur les égarements d’autrui (lui redonnant ainsi sa part d’humanité), et qui apaise par le fait même nos propres égarements et nos réactions démesurées.

L’indulgence, c’est le premier degré de l’humanisme, pour ne pas dire son quatrième piller, après la dignité, l’élévation de l’être humain et la préférence pour l’acte librement choisi (plutôt que celui accompli sous la contrainte).

Et je viens, sans m’en rendre compte, de prendre la résolution de m’attaquer à mes propres intransigeances, alors que j’avais pris la résolution ferme de ne plus prendre de résolutions.

Entre autres, je devrais être plus indulgente envers les cyclistes qui circulent à toute vitesse sur le trottoir devant chez moi, parfois même avec des écouteurs sur les oreilles.  Celui qui m’a renversée pédale encore sans être inquiété. Mon dictionnaire des injures du capitaine Haddock ne m’est d’aucune utilité dans ces situations; tout ce que je récolte avec mes gesticulations, c’est un majeur bien droit, envoyé par le scélérat qui ne se donne même pas la peine de se retourner!

Je sens que ça ne sera pas facile…

C’est quoi la différence déjà entre une résolution et une promesse?

Bonne année!

Rachida Azdouz est psychologue, autrice et chroniqueuse. Chercheure affiliée au LABRRI, son programme est modeste : résister aux injonctions, surveiller ses angles morts, s'attarder aux frontières et poursuivre sa quête.

Inscription à l'infolettre

* indique un champ requis

Commentaires (1):

  1. Gaëtan Vallée

    janvier 15, 2023 at 9:06 pm

    Que cet appel à la tolérance me parle ces jours-ci. Je suis venu récemment à la conclusion suivante: il ne me sert habituellement à rien d’expliquer à quelqu’un en quoi consiste une erreur factuelle ou un raisonnement fautif de sa part. Le mieux que je puisse faire, c’est énoncer calmement mon désaccord en souhaitant que la personne manifestera une volonté minimale de comprendre mon propos.
    Pas plus tard qu’hier, un invité a constaté avec surprise mon étonnement devant son propos négatif (une généralisation carrément abusive) sur les Juifs… Nous avons été quitte pour un bref malaise mais sans aucun accrochage. Ma compagne et moi avons préféré passer l’éponge et dévier vers un autre sujet. Revenant sur la chose plus tard avec elle, je lui ai dit que je ne pensais pas que cet individu était antisémite mais que c’était un exemple de pensée ethniciste, chose assez fréquente chez lui vu son penchant idéologique nationaliste, et qu’il fallait espérer qu’il ne récidive pas de sitôt.

    Répondre

Avant de commenter ou de participer à la discussion, assurez-vous d'avoir lu et compris ces règles simples

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *