Vaste programme

Nous faisons face à un déluge d’informations.

Nous sommes submergés de données, de perspectives et d’opinions venues de partout. À ce flux constant s’ajoutent les vagues de réactions et de notifications instantanées. 

Pour ceux et celles qui cherchent à réfléchir et à comprendre le monde qui nous entoure, le défi n’est plus de trouver de l’information, mais de la trier.

Inévitablement, une fatigue s’installe. Nous ne sommes pas conçus, individuellement et collectivement, pour affronter sans relâche une telle tempête.

En quête de repos, certains prennent le large. Couper le câble, fermer l’écran et quitter les réseaux sont des avenues séduisantes pour s’extraire de la frénésie. En suivant cette voie, on risque toutefois de se retrouver sur une île déserte, en rupture presque complète avec le monde.

Pour résister au tsunami, d’autres tentent de trouver refuge dans des espaces sécuritaires, où l’adversité et le doute disparaissent au profit de certitudes lisses et confortables.

Mais ces espaces se transforment trop souvent en bunkers. Il devient alors difficile d’y entrer, et risqué d’en sortir. 

Pour les meubler de manière rassurante, on y fabrique des identités particulières, auxquelles on s’attache jusqu’à les ériger en dogmes. Ce faisant, on sape les ambitions communes et toute possibilité de discussion ou de remise en question.

Quand les choses en arrivent là, le débat public se transforme en exercice où il suffit d’étiqueter et de classer dans sa petite case, le plus rapidement possible, toute personne qui se présente devant soi. Est-ce un ami ? Un ennemi ? Un semblable ou un infréquentable ? Hésiter représente un danger et peut-être même une trahison.

Il en va de même pour les idées, qu’il faut accepter ou rejeter à toute vitesse, comme s’il s’agissait de grenades. Dans le doute, il vaut mieux les ridiculiser et les relancer là d’où elles viennent. Comme ça, on est tranquilles.

Nous savons bien que nous ne pourrons pas renverser ces tendances. Les courants sont trop forts et les mécaniques sous-jacentes sont trop puissantes.

Toutefois, entre l’exil et le repli sur soi, nous faisons le pari qu’il doit être encore possible de naviguer, lentement et sans œillères, sur ces océans déchaînés.

Nous avons l’intuition optimiste d’être nombreux à avoir soif de réflexions et de discussions nuancées et à espérer retrouver des espaces d’échanges qui ne se transforment pas fatalement en luttes sans merci. 

Enfin, nous sommes animés par un désir de renouer avec la promesse originelle des « médias sociaux », c’est-à-dire des plateformes où des citoyens de bonne volonté pouvaient, librement et à l’extérieur de cadres rigides, prendre la parole, souvent avec le sourire, afin de créer des liens étonnants et en apparence improbables.

C’est dans cet esprit que nous larguons les amarres. 

Nous sommes devant un vaste programme.


Simon Jodoin – Jérôme Lussier


Tenez-moi au courant!

* indique un champ requis